Monthly Archive for February, 2012

Page 4 of 4

Bulletin de RAC 2012-006F – Mise a jour sur la restructuration de la section de l’Ontario

Bulletin de RAC 2012-006F – Mise a jour sur la restructuration de la section de l'Ontario

2012-02-05

Tel qu'annoncé dans le bulletin 2011-021F de Radio Amateurs du Canada, une commission de RAC sur la restructuration de la section de l'Ontario a été désignée par le président Geoff Bawden sur la suggestion du vice-président des services extérieurs et avec l'approbation du conseil d'administration, avec pour objectif "d'améliorer la représentativité envers nos membres et pour s'assurer que les tâches de nos gérants de section sont réalistes en termes d'accessibilité et de service aux membres". La commission a reçu comme mandat de "déterminer le nombre le plus efficace de gérants de section et autres positions ainsi que toute autres possibles divisions régionales de ce genre qui pourraient être requises". Les difficultés d'administrer de façon efficace une grande étendue géographique telle que l'Ontario sont bien connues et le besoin pour un nombre plus élevé de sections a été discuté à divers niveaux depuis plusieurs années.

Sous la présidence de Bill Unger VE3XT (directeur, Ontario nord/est), la commission a débuté ses séances le 7 août 2011. Les autres membres de la commission sont Jeff Stewart VA3WXM (directeur, Ontario sud), Dave Hayes VE3JX (Algoma ARC), Vic Henderson VE3FOX (Peel ARC), Al Boyd, VE3AJB (actuel gérant de section pour l'Ontario) et Pat Barrett VE3RNH (Barrie ARC). Dave, Vic, Al et Pat sont d'actifs participants de l'ARES. Aussi impliqués dans les délibérations, Ian Snow VA3QT, conseiller spécial au vice-président des services extérieurs, et Doug Mercer VO1DM, vice-président des services extérieurs de RAC. Au meilleur de ses possibilités, la commission a recherché des commentaires de la part de clubs de l'Ontario et des radioamateurs individuels.

La commission a reconnu que les gérants de section sont élus par les membres pour administrer un éventail de programmes de RAC. Ils font rapport sur les activités de leur section par l'entremise du vice-président des services extérieurs, qui est responsable envers le président pour l'ensemble des activités des services extérieurs. Mais, comme le directeur régional, le gérant de section détient la responsabilité générale à l'intérieur de sa section. La commission a aussi reconnu que l'Ontario est une grande province, que les services extérieurs peuvent avoir différentes responsabilités dépendant où ils sont situés dans la province, et il a été reconnu difficile pour une seule personne de coordonner tous les programmes à travers la province. Elle a recommandé que les relations existantes entre les districts de l'ARES et les secteurs des OMU devraient continuer à être respectées. Finalement, l'équipe de travail a approuvé que le VPSE instaure un conseil consultatif composé des gérants de section pour coordonner les activités des services extérieurs au national.

La commission a recommandé que l'Ontario soit divisée en quatre sections: Ontario nord, Ontario est, Ontario sud et le grand Toronto métropolitain. Le coordonnateur de l'ARES du district de Toronto conservera la responsabilité pour les opérations de la station de l'ARES située à l'intérieur de l'OMU provinciale. La commission a recommandé que les quatre GS de l'Ontario se rencontrent sous la forme d'un conseil de l'Ontario pour coordonner les activités au niveau provincial, en se choisissant un président parmi eux. Le conseil provincial sera responsable des fonctions administratives des services extérieurs qui relèvent normalement du niveau provincial, et il nommera les radioamateurs qualifiés appropriés pour le représenter auprès des autorités provinciales, des organisations non gouvernementales (ONG) et des agences externes, à l'intérieur des prérogatives dévolues à l'organisation des services extérieurs.

La commission a recommandé qu'au départ les nouveaux gérants de section soient nommés par le VPSE parmi les personnes qualifiées recommandées par les membres. Les termes des GS seront échelonnés de façon à ce que deux soient élus à chaque année impaire et les deux autres les années paires (chaque terme de GS est de deux ans). Le rapport officiel de la commission est disponible sur le site web de RAC. [http://www.rac.ca/en/rac/public-service/field-org-review/files/120122%20Ont%20Restructure%20Report.pdf]

Le conseil d'administration de RAC a approuvé le rapport et les recommandations de la commission le 26 janvier 2012. Un processus de consultation des clubs de l'Ontario sera mis en marche immédiatement afin de solliciter des nominations pour l'élection des gérants de section intérimaires. Tous les radioamateurs de l'Ontario sont encouragés à contribuer à cette consultation par l'intermédiaire de leurs clubs locaux. Si cela n'est pas possible, les radioamateurs peuvent acheminer leurs nominations au VPSE (VO1DTM @ RAC . CA). S.V.P. se rappeler que selon la Constitution de Radio Amateurs du Canada il est requis que pour une nomination/élection le candidat doit être un membre en règle de RAC.

Geoff Bawden VE4BAW

Président

Bill Unger VE3XT

Directeur Ontario nord/est

Jeffery Stewart VA3WXM

Directeur Ontario sud

Doug Mercer VO1DTM

Responsable en chef des services extérieurs

(Traduction par Serge Langlois, VE2AWR)

**—-**

Vernon Ikeda – VE2MBS/VE2QQ

Pointe-Claire, Québec

Rédacteur du blogue de RAC/rédacteur des nouvelles en ligne/bulletins de nouvelles web de RAC

RAC Bulletin 2012-006E – Ontario Section restructuring Update

RAC Bulletin 2012-006E – Ontario Section restructuring Update

2012-01-05

As announced in Radio Amateurs of Canada Bulletin 2011-021E, a RAC Ontario Section Restructuring Commission was appointed by President Geoff Bawden on the advice of the Vice President for Field Services and with the support of the Board, with the objective of "improving representation to our members and to ensure that the task of our Section Managers is realistic in terms of member access and service". The Commission was tasked to "determine the most effective number of Section Managers and other positions as well as any further such regional divisions which may be required". The difficulties of effectively managing such a large geographical area as Ontario were well known and the need for a greater number of sections had been discussed at various levels for some years.

Under the chairmanship of Bill Unger VE3XT (Ontario Director North/East), the Commission commenced its proceedings on August 7, 2011. The other members of the Commission are Jeff Stewart VA3WXM (Ontario Director South), Dave Hayes VE3JX (Algoma ARC), Vic Henderson VE3FOX (Peel ARC), Al Boyd, VE3AJB (current Ontario Section Manager and Pat Barrett VE3RNH (Barrie ARC). Dave, Vic, Al and Pat are active participants in the ARES. Also included in the deliberations was Ian Snow, VA3QT, special advisor to the Vice President of Field Services and Doug Mercer, VO1DM Vice President of Field Services for RAC. To the best of its ability the Commission sought input from the Ontario clubs and individual Amateurs.

The Commission recognized that Section Managers are elected by the membership to manage a range of RAC programs. They report on Section operations through the Vice President Field Services, who is accountable to the President for the overall operation of the Field Organization, but like the Regional Director, the Section Manager holds overall responsibility within their Section. The Commission also recognized that Ontario is a large province, that Field Services may have different responsibilities based on where in the Province they are located, and that it has proven difficult for one person to coordinate all programs across the province. It recommended that the existing relationship between ARES Districts and EMO Sectors should continue to be respected. Finally, the task force recognized that VPFS has instituted an advisory Council composed of the Section Managers to coordinate Field Organization activities nationally.

The Commission recommended that Ontario be divided into four sections: Ontario North, Ontario East, Ontario South, and the Greater Toronto Area. The Toronto District ARES Coordinator will retain responsibility for the operation of the ARES station located within the Provincial EOC. The Commission recommended that the four Ontario SM.s meet in the form of an Ontario Council to coordinate activities at the provincial level, selecting from amongst themselves a Chairman.

The provincial council will be responsible for the Field Organization administrative functions that sensibly belong at the provincial level, and will appoint appropriately qualified Amateurs to represent the Council to provincial government authorities, non-government organizations (NGO) and external agencies, within the authority vested in the Field Organization.

The Commission recommended that initially the new Section Managers be appointed by the VPFS from qualified persons recommended by the membership. The SM terms would be staggered so that two are elected each odd year and the other two in even years. (Each SM term of office is two years.) The formal Commission Report is available at the RAC website at http://www.rac.ca/en/rac/public-service/field-org-review/files/120122%20Ont%20Restructure%20Report.pdf.

The RAC Board of Directors approved the Commission's report and recommendations on 26 January, 2012. A consultation process with the Ontario clubs will be initiated immediately for the purpose of soliciting nominations for the interim Section Manager appointments. All Ontario Amateurs are encouraged to contribute to this consultation through their local clubs. If that is not possible, Amateurs may forward their nomination to CFSO (VO1DTM at RAC dot CA). Please recognize that under the Constitution of Radio Amateurs du/of Canada a requirement for appointment/election is that the candidate be a RAC member in good standing.

Geoff Bawden VE4BAW

President

Bill Unger VE3XT

Director Ontario North/East

Jeffery Stewart VA3WXM

Director Ontario South

Doug Mercer VO1DTM

Chief Field Services Officer

**—-**

Vernon Ikeda – VE2MBS/VE2QQ

Pointe-Claire, Québec

RAC Blog Editor/RAC E-News/Web News Bulletin Editor

[Nouvelles UIRA-R2 160] Rapport spécial de la CMR, numéro deux

[Nouvelles UIRA-R2 160] Rapport spécial de la CMR, numéro deux

2012-02-03

[Nouvelles UIRA-R2 160]] Rapport spécial de la CMR, numéro deux
2012-02-04

Les procédures suivies par l’Union Internationale des
Télécommunications (UIT) avant et pendant une conférence mondiale en
radiocommunications (CMR) sont quelque peu compliquées, mais elles sont
compréhensibles avec un peu de lumière sur la question.

Chaque sujet à l’ordre du jour qui sera discuté à la CMR a été étudié pendant au moins 3 à 4 ans précédant une CMR. Les groupes de travail à l’UIT discutent des questions incluses dans le sujet à l’ordre du jour. Des études de compatibilité, des études de points communs, des expériences, etc, ont lieu au besoin afin que des discussions et des décisions puissent se faire basées sur des faits plutôt que sur des opinions. Dans l’année précédant le début d’une CMR, une importante rencontre appelée réunion préparatoire de conférence (RPC) a lieu. Le rapport RPC rassemble toutes les informations en relation avec chacun des sujets à l’ordre du jour et établit les diverses façons, s’il y en a plus d’une, que le sujet peut être résolu ou décidé. Au moment de la RPC, la plupart des arguments en faveur ou opposés au sujet étudié ont
été discutés en profondeur dans les nombreuses rencontres qui se tiennent en regard des sujets à l’ordre du jour. Quand une administration nationale arrive à une CMR, une décision a généralement déjà été prise par cette administration sur le fait d’être en faveur ou opposée à tout sujet en particulier à l’ordre du jour. Cependant, ce n’est habituellement pas si bien défini. Certaines administrations peuvent être d’accord si certains ajustements ou modifications sont faites sur une ou plusieurs des méthodes proposées pour l’étude du
sujet. En d’autres mots, les discussions et les négociations débutent vraiment dans les touts débuts d’une CMR. Par exemple, l’administration X peut retenir son support ou son opposition à une proposition spécifique jusqu’à ce que d’autres administrations acceptent de soutenir leur position sur d’autres sujets à l’étude pour lesquels elle est elle-même très intéressée.

Au début d’une CMR, chaque sujet à étudier est attribué à un sous-groupe de travail (SGT) pour donner à des administrations et autres parties présentes intéressées l’opportunité de discuter du sujet. C’est à ce moment que la plupart des négociations et des compromis sont faits en vue d’en arriver à un consensus sur la façon de décider d’un sujet. La façon préférée est d’en arriver à un consensus entre les participants au SGT. Très souvent un consensus est obtenu par
toutes les parties en réalisant que le résultat final pourrait très bien être une situation où “chacun est un tout petit peu insatisfait”.

Le déroulement des travaux fait que les données du SGT parviennent au niveau du groupe de travail. Après que le GT ait traité le sujet, celui-ci se déplace au niveau du Comité. Au moment où la question parvient au niveau du Comité, les révisions des travaux accomplis dans les niveaux inférieurs ne sont généralement pas faites. Aussitôt que le sujet à l’ordre du jour parvient au niveau du Comité, il va en séance plénière pour deux lectures. S’il passe à travers les deux lectures, le sujet apparaît dans les Actes finaux de la CMR.

Il y a des occasions où un consensus par TOUTES les parties n’est tout simplement pas possible. Un sujet à l’agenda peut se déplacer du stage SGT au stage du groupe de travail quand la plupart des administrations en sont arrivées à un consensus sur la façon de résoudre la question, mais il y a toujours des administrations qui sont en faveur du “aucun changement” (AUC).

Sujet à l’ordre du jour 1.23. Dans le cas du sujet 1.23, il y a eu un bon niveau d’appui de la part des administrations au niveau SGT pour une attribution secondaire à la radio amateur juste en-dessous de 500 kHz. Cependant, il y a eu une forte résistance à cette attribution par plusieurs administrations basée sur une crainte que les opérations de radio amateur dans cette portion du spectre pourraient causer de l’interférence à des balises non-directionnelles. Le SGT 4C3 (le SGT traitant le sujet 1.23) s’est réuni 12 fois sur une période de 10 jours pour tenter d’en arriver à un consensus sur 1.23. Finalement, un consensus a été atteint sur le sujet par l’ajout d’annotations en relation avec l’attribution qui ont satisfait la plupart des administrations opposées à cette attribution. À la toute fin, il y aura encore une couple d’administrations s’opposant à l’attribution. À la suite de quoi le SGT a monté le sujet au niveau du groupe de travail avec deux options pour satisfaire à la résolution du sujet:

1.) Une attribution secondaire au service radio amateur dans la bande 472-479 kHz avec certaines conditions d’opération détaillées dans les annotations attachées à l’attribution, ou

2.) Aucun changement. (En d’autres mots, aucune attribution radio amateur)

La proposition qui a été approuvée par la plupart des administrations qui appuient l’attribution à la radio amateur se rapporte à une attribution secondaire mondiale au service radio amateur de 472 à 479 kHz avec une puissance limite de 1 watt p.i.r.e., mais avec une disposition pour les administrations pour permettre jusquà 5 watts p.i.r.e. pour des stations situées à plus de 800 km de certains pays qui désirent protéger leur service de radionavigation aéronautique (balises non-directionnelles) contre toute possible interférence. Les annotations proposées donnent aux administrations l’opportunité de se retirer de l’attribution à la radio amateur et/ou augmenter leur service de radionavigation aéronautique au niveau primaire s’ils le désirent. En plus de ces protections pour la radionavigation aéronautique, le service radio amateur doit éviter de causer de l’interférence nuisible au service maritime mobile primaire.

À la réunion du groupe de travail, il n’y a pas eu de changements de positions, alors le sujet a été monté au niveau suivant sur le comité 4 avec les 2 mêmes options. La rencontre du comité 4 se tiendra le mardi 7 février prochain. Je ferai rapport des résultats de ce comité 4, mais en se basant sur les résultats obtenus jusqu’à présent, je suis prudemment optimiste que les radioamateurs auront une nouvelle attribution secondaire à 472-479 kHz.

Sujet à l’ordre du jour 1.15. Un autre sujet qui est surveillé de près par l’UIRA est le sujet 1.15 concernant les radars océanographiques. Une des bandes candidates pour le déploiement des radars océanographiques est 5.250 à 5.275 MHz. Il y a eu plusieurs administrations qui ont donné accès aux radioamateurs à du spectre près de 5 MHz. En fait, une des bandes listée comme future attribution est 5 MHz. Si les radars océanographiques opèrent dans la bande 5.250-5.275 MHz, ceci pourrait porter atteinte à la possibilité des radioamateurs d’obtenir une attribution dans cette région du spectre. Les bandes candidates n’ont pas encore été finalisées à la CMR.

Rod Stafford W6ROD

Secrétaire, IARU

(Traduction par Serge Langlois, VE2AWR)

[IARU-R2-News 160] Special WRC Report Number Two

[IARU-R2-News 160] Special WRC Report Number Two

2012-02-03

The procedures used by the International Telecommunication Union (ITU) before and during a World Radiocommunication Conference (WRC) seem complicated. They are somewhat complicated but they are understandable with a bit of background.

Each agenda item that will be decided at a WRC has been studied for at least 3 or 4 years leading up to a WRC. ITU Working Parties discuss the issues involved in the agenda item. Compatibility studies, sharing studies, experiments, etc. take place whenever needed so that discussions and decisions can be made based upon facts rather than opinions. Within a year prior to the start of a WRC an important meeting called the Conference Preparatory Meeting (CPM) occurs. The CPM report pulls together all of the information dealing with each of the agenda items and sets forth the various ways, if there is more than one, that an agenda item can be satisfied or decided. By the time of the CPM, most all of the arguments in favor of the agenda item and opposed to the agenda items have been thoroughly discussed in the many meetings that take place regarding each agenda item. When a national administration arrives at the WRC, decisions have generally been made by that administration whether to be in favor or opposed to
any particular agenda items. However, it is usually not that clear cut. Some administrations may be in favor if certain adjustments or modifications are made to one or more of the proposed methods to satisfy the agenda item. In other words, discussions and negotiations really get started during the earlier stages of the WRC. For example, Administration X may withhold support or opposition on a specific proposal until other administrations agree to support Administration X.s position on other agenda items that Administration X is very interested in.

At the beginning of the WRC, each agenda item is assigned to a Sub-Working Group (SWG) to allow interested administrations and other interested attendees the opportunity to discuss the agenda item. This is the stage where most of the negotiations and compromises are made in order to arrive at a consensus as to how to decide the agenda item. The preferred way is to have a consensus by the SWG attendees. Many times the consensus is achieved by all parties realizing that the result may very well turn out to be a situation where "everyone is a little bit unhappy".

The flow of the work is that the output of the SWG goes to the Working Group level. After the WG (WG)level deals with the issue it moves to the Committee level. By the time the issue gets to the Committee level, revisions to the work done at the lower levels is generally not done. Once the agenda item passes the Committee level, it goes to the Plenary for two readings. If it passes the two readings the agenda item appears in the Final Acts of the WRC.

There are also times when a consensus by ALL parties is just not possible. An agenda item can move from the SWG stage to the Working Group stage where most administrations have reached a consensus on how to resolve the issue but there are still some administrations that are in favor of No Change (NOC).

Agenda Item 1.23. In the case of agenda item 1.23, there was a good deal of support among administrations at the SWG level for a secondary allocation to amateur radio just below 500 kHz. However, there was strong resistance by several administrations to the allocation based upon a stated concern that amateur operation in that portion of the spectrum could cause interference to Non-Directional Beacons. SWG 4C3 (the SWG dealing with agenda item 1.23) met 12 times over a period of ten days trying to arrive at a consensus on 1.23. Finally, a consensus was achieved on the issue by adding various footnotes dealing with the allocation that satisfied most of the administrations opposing the allocation. At the end of the day, there were still a couple of administrations opposing the allocation. As a result, the SWG elevated the issue to the Working Group level with 2 options to satisfy the agenda item:

1) a secondary allocation to the amateur service in the band 472-479 kHz with certain operating conditions set forth in footnotes to the allocation, or

2.) No Change (in other words, no amateur allocation).

The proposal that has been agreed to by most administrations that support the amateur allocation calls for a worldwide secondary allocation to the amateur service at 472 to 479 kHz with a power limit of 1 watt e.i.r.p., but with a provision for administrations to permit up to 5 watts e.i.r.p. for stations located more than 800 km from certain countries that wish to protect their aeronautical radionavigation service (non-directional beacons) from any possible interference. Proposed footnotes provide administrations with opportunities to opt out of the amateur allocation and/or to upgrade their aeronautical radionavigation service to primary if they wish to do so. In addition to these protections for aeronautical radionavigation, the amateur service must avoid harmful interference to the primary maritime mobile service.

At the Working Group meeting, there was no shifting of positions so the matter was elevated to the next level to Committee 4 with the same 2 options. The Committee 4 meeting takes place on Tuesday, 7 February. I will report on the results of that Committee 4 meeting but based upon the results thus far, I am cautiously optimistic that the amateurs will have a new secondary allocation at 472-479 kHz.

Agenda Item 1.15. Another agenda item being carefully watched by the IARU is agenda item 1.15 dealing with oceanographic radar. One of the candidate bands for the placement of oceanographic radar is 5.250 to 5.275 MHz. There have been a number of administrations that have granted amateurs access to spectrum around 5 MHz. In fact, one of the bands listed by IARU as a future allocation is 5 MHz. If oceanographic radar is operating in the 5.250-5.275 MHz band, that may impact the ability of the amateurs to obtain an allocation in that area. The candidate bands have not been finalized as yet at the WRC.

Rod Stafford W6ROD

IARU Secretary – Region 2

**—-**

Vernon Ikeda – VE2MBS/VE2QQ

Pointe-Claire, Québec

RAC Blog Editor/RAC E-News/Web News Bulletin Editor